• Boite à jugements

     

    Ma fille est rentrée de l'école un peu dépitée. 

    Elle est au CP cette année, elle entre vraiment dans la lecture avec son lot de déconvenues, de moments âpres et de découragement.

     

    Vous me connaissez, je ne suis pas du genre à me laisser abattre... 

    Alors, je l'accompagne du mieux que je peux, entre ce qu'elle sait, ce qu'elle apprend et les exceptions innombrables de notre chère langue française.

     

    Elle n'était pas dans l'école actuelle en maternelle, elle est donc en décalage par rapport aux autres. Toutes les excuses du monde ne calmeraient pas la peine qu'elle ressent. Elle est très sensible.

     

    Je fais confiance à l'enseignante, pour proposer au mieux une différenciation pédagogique, j'ai conscience des enjeux qu'elle porte sur ses épaules. Je ne l'incrimine pas, j'en suis une aussi. Des paroles blessantes, de par notre éducation, nos enjeux sociaux... nous en disons sans même y réfléchir (je reviens dessus après coup au besoin). En tant que parents aussi parfois.

     

    Mais, dans la vie d'un écolier, c'est le pompon. Il y a ces moments incontournables de dévalorisation de soi...

    Par l'enseignant(e), les autres camarades et même soi-même...

     

    Voilà ce que je propose à ma fille et que je vous invite à expérimenter. C'est valable pour nous adultes aussi.

     

    Il y a ce que pensent les autres... et il y a ce que l'on est véritablement.

    Ce que pense l'autre ne me définit pas, c'est sa vision à lui, avec ses références à lui. 

    Il y a ce que pense l'enseignant (le parent, la cousine, la voisine), sa manière de me le communiquer et ce que je vaux en tant que personne.

    Les 2 ne sont pas corrélés. Donc... Ce que pense l'enseignant (le parent, la cousine, la voisine) de mon travail, de mon raisonnement, de mon comportement ne définit pas ma valeur, mes talents et mes forces.

    Il est en droit de le penser, je suis en droit de trouver cela injuste, irrespectueux, faux. J'ai le droit de l'exprimer, d'affirmer mon identité (par écrit, s'il le faut). L'essentiel est d'être juste avec son coeur...

     

    Boite à jugements

     

    Je vais donc construire avec ma fille une boite simple qui sera la boite à jugements d'autrui. Elle accueillera tous les jugements, condamnations et autres paroles potentiellement blessantes que ma fille recevra. Elle les y déposera. Cette boite est une sorte de "poubelle" réceptacle qui lui permettra de bien dissocier ce qui vient de l'autre et qui ne la résume pas.

    A coté, je vous invite à faire comme moi, une boite à soleil, avec tout ce qui la touche en positif (bons souvenirs, les gens qui l'aiment, les cadeaux, porte-bonheur...).

     

    Partagez, offrez cette petite astuce à tous les petites têtes brunes ou blondes qui pourront y trouver un peu de réconfort...

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    Pour enrayer la détresse scolaire

     

    Juste avant la journée des Dys, et après avoir visionné la vidéo ci-dessous, je reviens sur ce que j'ai collecté comme informations pouvant soutenir les enfants dans les apprentissages.

     

     

     

    Parce que la souffrance à l'école est quelque chose qui m'insupporte, parce que la violence verbale est quotidienne, la discrimination, la stigmatisation des élèves en difficulté...

     

    Comment être un enseignant qui aide, qui comprend, qui soutient, qui vient encourager les efforts.

     

    Ne croyons pas que l'enfant est heureux de mal faire, de ne pas faire ses devoirs, de ne pas apprendre, d'être violent, de perturber la classe.

     

    Il nous faut interroger cela.

    Etre formé, informé en communication, en compétences, 

    Avoir des moyens en personne, en matériel, en temps...

     

    Je fais ici un bref survol de ce que l'on peut trouver comme recours pour aider l'enfant dans ses apprentissages:

     

    Mon livre "Des outils pour mieux apprendre", disponible à la Librairie Antillaise ou en ligne.

    Pour enrayer la détresse scolaire

     

    J'évoque brièvement comment fonctionne notre cerveau quand on apprend. Quelques outils pour faciliter l'apprentissage des devoirs, comment accompagner quand on est parent, professionnel de l'enfance ou enseignant. Comment aborder une routine des devoirs pour que ce moment ne soit plus synonyme de stress, mais d'occasion de grandir.

     

    L'orthographe:

    Anne-Marie Gaignard est une pédagogue française qui a publié plusieurs ouvrages pédagogiques destinés aux enfants et adultes ayant des difficultés à lire et à écrire sans fautes d'orthographe.

     

     

    Un document à consulter, à imprimer:

    L’orthographe illustrée est un document PDF en téléchargement gratuit qui propose d’associer des mots avec des images illustrant les difficultés orthographiques associées.

     

    La grammaire:

    En symbolisant les natures de mots :

    Les personnages Retz appréciés des profs :

    Pour enrayer la détresse scolaire

     

    Les formes en bois ou en symboles (Montessori), voir le lien.

    Pour enrayer la détresse scolaire

     

     

    Une vidéo présentant la Grammaire 3D, qu'on peut acheter ici:

     

     

    Les mathématiques:

    Des petits contes mathématiques : fractions, théorèmes...,

    Des activités ludiques pour aimer les maths,

    Des vidéos pour les fractions

    Le matériel autocorrectif Montessori...

     

    Beaucoup d'autres vidéos à visionner sont disponibles. Vous pouvez aussi laisser votre enfant manipuler avec les logos, la pate à modeler...

     

    Les Devoirs:

    Comment aborder les devoirs à la maison ici, se poser les bonnes questions,

    Faire des pauses, favoriser la concentration (mandalas, coloriages zen, méthode 3C, méditation), bouger (braingym, petits mouvements synchronisés...)

     

    Ce dont l'enfant a aussi vraiment besoin c'est de favoriser son estime de lui-même et sa confiance en lui, prendre plaisir à apprendre (et pas être contraints à travailler sous les brimades, les injonctions, la peur...). Il a besoin :

    - de patience, pour laisser les notions s'imprimer en mémoire,

    - de diversité dans les approches pour mieux observer son canal d'apprentissage. Retient-il mieux lorsqu'il entend, lorsqu'il voit, lorsqu'il bouge, manipule...

    - d'encouragement et de valorisation. Rassurez-le, dites lui qu'il a le droit de se tromper, de faire des erreurs et de progresser. Soulignez ses progrès. 

    "Tu vois, il y a 2 jours, tu ne savais pas encore faire cela...

    "Regarde, maintenant, tu sais faire cela..."

     

    Soulignez aussi les domaines dans lesquels il excelle, il y en a, même si ce n'est pas dans le cadre scolaire.

    - du temps de qualité, se détendre, s'amuser ensemble, en famille, avec les amis, aller dans la nature, bien s'alimenter, bien dormir...

     

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    Je participe ce samedi 1er octobre à la journée des Dys à Bellefontaine.

    Vous pourrez découvrir, acheter mon livre et le cd de fichiers imprimables. Je proposerai aussi une présentation d'un Lapbook et des flashcards pour aider les enfants à apprendre leurs leçons.

     

    Je vous invite à découvrir le programme et à vous y rendre pour en savoir plus.

    Les parents pourront se renseigner, trouver des réponses sur ce que sont les troubles dys.

    Les enseignants sont peu informés et formés à la prise en charge des élèves présentant ses troubles.

    L'occasion nous est donc donnée de mieux appréhender notre accueil, d'adapter notre enseignement pour être plus pertinent.

     

    Nous pourrons aussi rencontrer d'autres professionnels qui nous apporterons leur éclairage.

    Et ainsi faire le pont entre l'école, les familles et les intervenants extérieurs.

     

    La réussite des élèves dépend de nous, de notre ouverture, des opportunités pour optimiser les potentiels de tous (enseignants, élèves et parents).

     

    Une petite vidéo pour illustrer la dyslexie:

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    Ce mois d'août a été riche d'expériences dans mon cheminement personnel. J'ai vécu une séance EFT avec Christine Morin. Cette technique permet d'explorer notre état émotionnel et de libérer des tensions.

    J'ai aussi permi à ma fille d'explorer cette technique, où Christine a pu lui faire poser des mots et apaiser des peurs juste avant la rentrée scolaire.

    Je connais Christine depuis quelques années. Nous nous sommes connues lors d'une formation sur la communication non violente. Nous sommes restées en contact en nous retrouvant régulièrement dans un groupe de pratique afin de poursuivre ce cheminement bienveillant.

     

    Je vous invite à découvrir son interview et à tenter une séance découverte.

     

    Bâtisseur de bonheur : Christine Morin

     

    Quelles sont les difficultés auxquelles sont confrontées  les parents qui viennent vous voir ?

    Les parents sont souvent dépassés par les colères et les peurs de leurs enfants. Ils ont des difficultés à décrypter leur comportement et se sentent vite démunis. Leur impuissance les amène à avoir des comportements inadaptés qui aggravent la situation de détresse de l’enfant. La vie à la maison devient alors très pénible et ils sollicitent mon aide après avoir essayé différentes techniques classiques qui sont restées sans effet.

     

     

    Quelle définition pourriez-vous donner de votre profession ?

    Je dirai que j’aide les parents et leurs enfants, les hommes et les femmes à révéler leur plein potentiel et à donner le meilleur d’eux même, en comprenant et en libérant leurs émotions négatives. L’EFT trouve ses racines dans la Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC) qui permet d’assurer une meilleure circulation de l’énergie dans le corps humain. Les Chinois puis les Américains ont prouvés que les troubles émotionnels pouvaient bloquer la circulation de l’énergie dans le corps et petit à petit provoquer des troubles physiques (problèmes de dos, de poids, cancers ….) ainsi que des réactions inadaptées aux problèmes rencontrés (phobies, addictions, dépression, boulimie ou anorexie, procrastination, croyances limitantes,….). L’EFT en stimulant certains points d’acupuncture va refaire circuler l’énergie et lever les blocages. Ce qui aura pour effet de redonner vitalité, sérénité et joie de vivre aux personnes , mais également de relancer leur processus d’auto guérison dans le cas ou des problèmes physiques se manifestent.

     

     

    Quelles améliorations votre soin apporte-t-il ?

    L’EFT (Emotionnal Freedom Technique) est une méthode simple, rapide (encore plus rapide chez les enfants) qui permet de libérer les émotions négatives. Lors des séances j’apporte aussi aux personnes des éléments de psycho-éducation afin qu’ils puissent comprendre d’où viennent leurs réactions, celles de leurs enfants. Qu’ils puissent comprendre ce qui se passe dans leur corps et leur cerveau à ces moments-là. Ils arrivent alors petit à petit à mieux gérer leurs comportements, à revenir à des choses positives plus rapidement. Ce travail demande du temps, de la patience, de la persévérance et beaucoup d’empathie et d’amour envers soi et les autres .

     

     

    Comment en êtes-vous arrivé à ce métier ? Qu’est-ce qui vous a motivé ?

    J’ai connu l’EFT dans une période très difficile de ma vie personnelle. Je suis d’un tempérament positif joyeux, sociable et cette période de ma vie m’avait complètement transformé. J’ai alors cherché un outil pour retrouver ma joie de vivre « légendaire » ;-). Je suis tombée par hasard sur un thérapeute qui utilisait cette technique. Elle a eu sur moi un effet fulgurant. Très vite j’ai retrouvé lâcher prise, joie et détachement face aux situations que je vivais. Progressivement, revenaient dans ma vie des éléments positifs, des coïncidences très heureuses, des gens positifs. La spirale s’inversait petit à petit et devenait de plus en plus gratifiante. J’ai ensuite proposé à me proches de l’utiliser sur eux en leur apprenant les rudiments de la technique, en les guidant lors des premières séances. Là aussi j’ai vu les effets rapides durables et concrets de cette technique. J’ai tout de suite voulu me former être plus efficiente. La formation de technicien a été une révélation pour moi. Le lien entre cette technique au premier abord simple et les neurosciences, la biologie cellulaire, le fonctionnement humain a aiguisé ma curiosité et mon envie d’en découvrir plus et d’expérimenter sur des cas concrets et de plus en plus complexes.

    En écoutant les personnes qui viennent me voir et en les aidant je me sens dans mon élément. Je crois que ce qui plait dans mon approche c’est mon absence de jugement sur ce que les gens vivent, leurs réactions face aux difficultés de la vie. Je suis passée comme eux par ces phases et cela me permet de développer de l’empathie, de la compréhension et de rester sincère de ce que je perçois de leur histoire. Parce qu’au final quel que soit la gravité de leur situation je suis une preuve vivante (parmi beaucoup d‘autres) que l’on peut s’en sortir.

    Ce qui est vraiment très bien dans cette technique c’est que pour les petits tracas du quotidien ou entre les séances avec moi, les personnes peuvent utiliser l’EFT de manière autonome. Je les guide, leur explique comment faire seuls chez eux ils l’utilisent pour garder leur positivité et leur maitrise d’eux même (même les enfants).

      

     

    Quels conseils au quotidien pourriez-vous donner aux familles pour plus de mieux-être dans leur vie ?

    Au même titre que l’on se lave les dents, le corps, il me semble important quotidiennement de s’occuper de ses pensées, de ses murmures ou dialogues intérieurs, de ses émotions. Les idées négatives sont comme une petite graine qui croit continuellement si l’on ne fait pas l’effort de l’arrêter. Prendre du temps pour soi, pour vider son esprit, revenir à l’essentiel, s’écouter, prendre conscience de ses réactions, écouter et regarder les autres évoluer juste en observant de manière détachée est un exercice particulièrement formateur. C’est un premier pas vers la maîtrise de nos émotions et nos comportements. Là aussi cela demande de la patience, de l’humilité et beaucoup de persévérance et de ténacité. Les habitudes ancrées parfois depuis l’enfance mettent du temps à s’inverser. Pour ma part je l’utilise tous les matins avant d’entamer ma journée. Cette pratique est très vivifiante et permet de commencer sa journée plein d’entrain.

     

     

    Avez-vous des conseils de lecture, de vidéos, d’auteurs, de sites internet ?

    Je conseille les ouvrages de Jean Michel GURRET qui a écrit plusieurs livres pour pratiquer au quotidien. Il vient d’écrire un dernier ouvrage passionnant « Finis les chagrins, les pleurs et les colères avec l’EFT ». Il réalise aussi plusieurs vidéos sur internet qui sont très bien. Jean Michel a une approche très scientifique de l’EFT et s’attache à en expliquer de manière pédagogique les effets « biologiques/neurologiques ». J’utilise aussi beaucoup les vidéos de Caroline DUBOIS, elle a réalisé plusieurs petites vidéos sur Youtube pour les petits problèmes du quotidien. Ce sont des outils intéressants, qui ne remplacent pas une consultation beaucoup plus personnalisée et adaptée à chaque patient, mais c’est un guide très intéressant pour les séances en autonomie. Le livre de Marion BLIQUE « j’arrête les relations toxiques, 21 jours pour changer » est un ouvrage très intéressant pour les adultes. 

    Pour les enfants, il y a plusieurs ouvrages très intéressant par exemple ceux d’Isabelle Filliozat comme « Au cœur des émotions de l’enfant » ou « Emotions », un petit ouvrage très ludique pour enfant, avec des collages, des dessins. Il y a également une très belle BD, joliment illustrée qui explique les émotions, écrit par Armera Leung. Elle s’intitule : « Emotions : enquête et mode d’emploi ».

    Ceux qui souhaitent d’autres références peuvent me contacter (cf. ci-dessous), je leur donnerais avec plaisir mes petites et grandes découvertes selon leur aspirations.

     

     

    Selon vous quels sont les 3 choses les plus importantes dont un enfant a besoin ?

    Selon moi, un enfant (c’est également valable pour les adultes) a besoin d’amour de ses parents mais d’amour inconditionnel :

    -               Qu’il se sente aimé pour ce qu’il est, même s’il fait des bêtises ou s’il n’est pas conforme à l’image que ses parents se faisaient de lui,

    -               Qu’il se sente écouter et respecté dans ses choix, ses envies, ses besoins.

    -               Qu’il soit valorisé et encouragé dans tout ce qu’il fait.

    Catherine Gueguen Pédiatre explique que « chaque fois qu’un enfant est materné, rassuré, câliné, son cerveau se développe et mature. Il se sentira en sécurité affective, en confiance avec ses parents et ainsi pourra progressivement devenir autonome ».

     

     

    Comment prendre contact avec vous ? Où exercez-vous ?

    J’exerce au Robert. Pour prendre contact avec moi c’est assez simple.

    Vous pouvez me laisser un message sur mon adresse mail : eftmartinique@gmail.com.

    Sur ma page facebook (en message privé) ou directement m’appeler sur mon téléphone : 06 96 77 05 90.

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    J'ai vécu une séance découverte d'art-thérapie, fin août et j'avoue que je n'étais pas la même à la fin de la séance.

    Marie-Hélène, par son accueil, sa douceur, l'exploration de soi qu'elle propose m'a accompagné avec un travail sur de l'argile.

    J'aurais pu choisir un autre support, mais j'aime ce contact, le toucher, le modelage.

    J'ai voyagé plus loin que je n'aurais cru. 

    Avec bienveillance, respect de ce que je souhaitais ou non partager, Marie-Hélène, m'a ouvert une fenêtre sur moi-même. Gratitude pour cette belle expérience.

     

    Je vous livre son interview avec plaisir.

     

    Bâtisseur de bonheur : Marie-Hélène Nordé Bellanger

     

     

    Quelles sont les difficultés auxquelles sont confrontés les parents qui viennent vous voir ?

    L’art-thérapie pourrait répondre à des troubles d’ordre émotionnels et psychiques, des troubles de la communication et de l’expression, des troubles relationnels, troubles traumatiques.

    L’art-thérapie peut aussi répondre tout simplement à besoin de retrouver un apaisement ou de développer la créativité.

     

     

    Quelle définition pourriez-vous donner de votre profession ?

    L’art-thérapie est une technique de soins en partie non verbale, qui propose aux personnes une expérience créatrice dans un cadre thérapeutique. C’est une méthode utilisée en relation d’aide basée sur l’expression artistique et personnelle.

    Elle n’exclut pas le langage oral, mais offre d’autres voies.

    L’art-thérapie consiste pour la personne à laisser émerger ses images intérieures et à les exprimer visuellement en utilisant un média artistique.

    L’art-thérapie permet aux enfants de se construire, de s’exprimer librement dans un cadre rassurant.

     

    Quelles améliorations votre soin apporte-t-il ?

    L’art-thérapeute accompagne l’individu à exprimer par l’intermédiaire d’un média artistique, des images enfouies.

    Lorsqu’un individu est mis en situation de créativité c’est son corps et sa psyché qu’il consolide.

    L’art thérapie va aider à

    - faire face, avec l’espace, le temps

    - créer un ordre

    - exprimer des sentiments, des angoisses, des peurs, des incompréhensions, des désirs.

    « L’enfant peut toujours travailler à son enfantement quand il est mis en situation de créativité c’est son corps et sa psyché qu’il consolide »

    JP ROYOL

     

     

    Comment en êtes-vous arrivé à ce métier ? Qu’est-ce qui vous a motivé ?

    C’est en 1999 que je décide de me former au métier de potière céramiste dans le cadre d’une reconversion professionnelle; je constate alors qu’en modelant la terre je me sens de mieux en mieux ; j’exprime à travers mes réalisations des émotions. Et j’apprécie la liberté que me procure la créativité.

    En 2004 après un temps d’expériences, de pratiques et d’expositions, je suis amenée à organiser des séjours sur le thème randonnées et créativité. Je constate que le contact avec l’argile provoque chez les participants des sensations, des émotions. Des personnes qui disaient avoir des difficultés à s’exprimer manuellement repartaient satisfaite.

    Je me questionne alors sur la possibilité de mettre en lien la pratique artistique et une démarche thérapeutique. Je découvre ainsi l’art-thérapie.

    Je  fais une formation avec une soutenance de mémoire aboutissant une certification d’état.

     

    Quels conseils au quotidien pourriez-vous donner aux familles pour plus de mieux-être dans leur vie ?

    Je propose aux familles de créer des cadres de dialogues et de communications permettant à chaque membre de s’exprimer librement et sans jugement.

    Je propose aussi d’introduire le jeu comme moyen de créer du lien et de renforcer l’attachement avec son (ses) enfant(s).

    D’une manière ou d’une autre toujours être en lien et en communication.

      

     

    Avez-vous des conseils de lecture, de vidéos, d’auteurs, de sites internet ?

     

    D.W Winnicott, Jeu et réalité.

    Psychanalyse des contes de fées, Bruno Bettelheim.

    Parents efficaces au quotidien, Thomas Gordon.

    Calme et attentif comme une grenouille, Eline Snel.

     

    Heureux qui communique, Jacques Salomé.

     

     

    Selon vous quels sont les 3 choses les plus importantes dont un enfant a besoin ?

    Du temps accordés par les parents

     

    De la tendresse

    Du faire ensemble

      

    S’il existait une école idéale selon vos aspirations comment la verriez-vous ?

    -    J’ai aimé le principe : Libre enfant de Summerhill !

     

    Comment prendre contact avec vous ? Où exercez-vous ?

    J’exerce en institution et en individuel. L’espace art-therapie se trouve 1 rue Victorius à Schoelcher.

    Sur rendez-vous 0696392252.

     

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique