• "Batisseur de bonheur" : Florence Uminski

    Bonjour à tous,

    Martinikids est heureux de vous proposer une nouvelle interview.

    Florence Uminski est kynésiologue. Je suis entrée en contact avec elle parce qu'elle accueillait une formatrice Belge en Braingym et RMT. Des techniques corporelles qui aident à se sentir mieux et améliorent notamment les apprentissages.

    L'interview concerne ici sa pratique en kynésiologie. J'espère pouvoir bientôt vous proposer, notamment pour illustrer mon ouvrage "Des outils pour mieux apprendre", quelques compléments sur le braingym.

     

    "Batisseur de bonheur" : Florence Uminski

     

    Quelles sont les difficultés auxquelles sont confrontés  les parents qui viennent vous voir ?

    Hyperactivités, difficultés d’apprentissage, dyslexie, dyspraxie, dysorthographie, difficultés comportementales, désintérêt pour  l’école, démotivation, refus d’aller à l’école, déscolarisation, manque de confiance…

     

    Quelle définition pourriez-vous donner de votre profession ?

    La kinésiologie est une technique, permettant,  via un test musculaire, d’avoir accès à la mémoire cellulaire, la mémoire du corps.

    A l’aide de ce test, nous allons rechercher la cause d’un problème afin de pouvoir le corriger, car tant que la cause n’est pas corrigée, le problème revient de manière récurrente.

     

    Le test va donc nous permettre de mettre en évidence le type de déséquilibre (émotionnel, énergétique, psychique, hémisphérique …)  sous-jacent à un objectif de travail donné.

    Puis nous allons, toujours à l’aide du test musculaire, remonter dans l’histoire de la personne afin de repérer les moments importants où les déséquilibres se sont installés puis renforcés.

    Et au fur et à mesure de la séance, les corrections appropriées sont apportées afin de libérer les blocages et de permettre à la personne de retrouver l’accès à ses potentialités.

     

    Quelles améliorations votre soin apporte-t-il ?

    Les domaines améliorés sont variés et peuvent concerner la compréhension, la mémoire, les troubles de la lecture, de l’écriture, les troubles dys, l’apprentissage en général, le comportement, la concentration, la confiance en soi…

     

    Comment en êtes-vous arrivé à ce métier ? Qu’est-ce qui vous a motivé ?

    Je suis, à l’origine, professeur d’EPS et j’ai découvert la kinésiologie pour moi-même, il y a de cela 16 ans.

    J’ai constaté sur moi les effets bénéfiques de cette technique et  me suis sentie une réelle vocation pour ce métier.

    Ce qui me passionne, c’est la prise en considération globale de l’être humain, sous tous ses aspects, et la sécurité totale offerte par le test musculaire.

    Je ne suis qu’un médiateur, entre la personne et elle-même, et en même temps que je lui redonne ses propres informations, je corrige ce qui est nécessaire pour aller vers un plus et  l’aider à atteindre ses objectifs.

     

    Quels conseils au quotidien pourriez-vous donner aux familles pour plus de mieux-être dans leur vie ?

    Je conseillerais à tous de toujours conserver un espace d’écoute des enfants sans jugement et de privilégier une relation de qualité, de complicité, de confiance.

    Cela signifie, de focaliser du problème scolaire. L’enfant n’est pas qu’un élève, il est un être à part entière et il est important qu’il puisse se sentir pris en considération, apprécié, aimé, pour ce qu’il est, indépendamment de ses difficultés.

     

    Selon vous quels sont les 3 choses les plus importantes dont un enfant a besoin ?

    L’amour, la confiance et le cadre, sans lequel il ne peut se construire.

     

    S’il existait une école idéale selon vos aspirations comment la verriez-vous ?

    Cette question est délicate, car il n’est pas facile de répondre aux différences de chacun.

    Mais je pense fondamental de mettre l’enfant au centre même de ses apprentissages.

    La vie n’est qu’apprentissage, en permanence, le plus beau cadeau que nous puissions faire à nos enfants c’est leur donner et leur permettre d’acquérir les outils leur permettant d’apprendre à apprendre.

     

    Je vois souvent des enfants qui attendent littéralement que les choses viennent d’elles-mêmes, ils n’ont pas compris qu’ils sont les seuls acteurs et auteurs de leurs apprentissages.

    C’est leur redonner leur pouvoir d’apprendre, et apprendre et bien …. cela s’apprend.

     

    Comment y verriez-vous les adultes (enseignants et encadrants) ?

    Attentifs, pédagogues, dans le non-jugement et la tolérance, respectueux de chacun et ferme, c'est-à-dire sécuritaires.

     

    Si un pas pouvait être engagé pour plus de mieux-être à l’école actuelle, que préconiseriez-vous ?

    Je préconiserais davantage de formation didactique et pédagogique des enseignants avec des modules liés au développement psychomoteur de l’enfant.

    Les enseignants et/ou encadrants  pêchent souvent par ignorance.

    Et ensuite, au niveau même de l’école, j’opterais pour la mise en place d’un travail en commun, parents, enseignants, administrations, élèves.

     

    Comment prendre contact avec vous ? Où exercez-vous ?

    J’exerce à Rivière Salée et je travaille sur rendez-vous.

    Vous pouvez me contacter au 0696 86 96 58 ou au 0596 68 10 94

     

    "Batisseur de bonheur" : Florence Uminski

     

    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :