• Calendrier 2017

     

    Bonjour à tous,

     

    Au revoir 2016...

    A nous 2017 !!!!

    Je vous ai préparé des calendriers à personnaliser avec vos enfants.

    Vous les téléchargez, les imprimez, ils les colorient...

    Une version vierge sur laquelle ils dessinent une oeuvre pour chaque mois.

    Une version avec des coloriages mandala.

    Voilà de quoi les occuper et garder un souvenir de l'année.

    Vous pourrez y inscrire les moments importants, les anniversaires, rendez-vous...

    Idéal pour offrir, afficher au bureau ou à la maison.

     

     

     

      

    Pin It

    votre commentaire


  •  

    Depuis la création du SEL Centre (Système d'échange Local) dont je vous invite à visiter le site ici, j'avais fait la connaissance de Jefferson dit "Téo" qui représente l'association Capoeira Martinique Ypiranga De Pastinha. 

     

    Sa présence, son message et le sens du partage de sa culture m'ont donné envie de vous le présenter. 

    Le Brésil a beaucoup à nous apprendre, enrichissons nous de ce pays, de cette culture commune, de cette sagesse d'être. L'humain au centre, une fierté d'être...

     

     

     

    Bonjour Téo, peux-tu nous parler de toi, ce qui t’a amené en Martinique ?

     

    Je m’appelle Da Silva (de mon père) et Oliveira (de ma mère). Mon prénom c’est Jefferson. Les gens m’appelle aussi Téo. C’est le prénom avec lequel mes grands-parents m’appelaient, parce que mon papy avait du mal à prononcer Jefferson. « C’est Téo, c’est beaucoup plus simple ».

    Sinon, les gens m’appellent Jeff, Mr Capoera, ou le Brésilien…

     

     

    Ça fait plus de 10 ans que j’habite ici en Martinique. J’ai essayé de vivre en Métropole. Je faisais des aller-retours là-bas. Mais, il faisait trop froid. J’ai dit à ma compagne « je vais retourner au Brésil, parce qu’ici c’est trop galère, je déprime… ». Elle m’a parlé de la Martinique, la Guadeloupe, la Guyane. Ce n’est pas très loin du Brésil, on peut aller habiter là-bas. Il y avait une chanson de carnaval au Brésil qui parle de Martinique. Alors on est venu habiter ici.

     

    J’ai fait une Licence en Développement et protection du patrimoine avec spécialisation en tourisme.

    Comme je viens d’une filière de tourisme au Brésil, je suis dans la Caraïbe, je vais profiter pour renforcer la liaison entre le Brésil et la Martinique.

    J’ai découvert qu’il n’y avait pas de liaison aérienne, par bateau. C’est très compliqué de venir en Martinique.

    Ensuite, j’ai travaillé à l’éducation Nationale, j’ai jonglé entre des postes d’enseignant et d’assistant en langue portugaise. Je menais l’association en parallèle. La Capoera n’est pas pour moi un loisirs ou un sport, c’est un besoin. Je chante, je joue des instruments aussi… Faire la Capoera « badia », ça veut dire trainer, c’est l’art du vagabond. C’est « prendre son pied ».

     

     

     

    J’ai ensuite fait confiance à la Capoera et j’ai poursuivi comme éducateur sportif en mettant l’association comme établissement sportif. On a commencé à travailler dans le cadre de la politique de la ville.

    C’est la même philosophie que l’association là-bas au Brésil. Travailler dans le berceau de la culture.

     

    Ici, nous sommes à Trenelle-citron. Au début, les gens sont venus de la campagne, c’était un exode rural. Ils sont venus avec la culture du Morne.

     

     

     

    Les lieux de culture ici, le parc Aimé Césaire, l’Atrium sont des lieux payants, même chic. Les gens d’ici ne vont peut-être jamais pouvoir y aller.

    On a décidé d’amener la Capoera aux gens de droit. En faisant de la Capoera, on amène l’enfant à aller vers le Brésil. Dans cet imaginaire, il arrive au Brésil, il va voir que là-bas, on mange les mêmes haricots rouges qu’ici, le même cochon, l’histoire, la musique… On a le même héritage. Le Congo par exemple. On va être entouré de la même végétation.

    Ce qui fait qu’on va poser la question « Pourquoi les Brésiliens sont toujours fiers d’être Brésilien, quelques soient les conditions ». Ce parallèle amène l’enfant à dire « Je dois être fier d’être Martiniquais aussi. Si les Brésiliens ils ont la même chose que nous, ils sont fiers. Pourquoi est-ce que nous, on est moins fiers".

     

    La Capoera, c’est de la musique, du sport et de l’histoire. Quand on étudie la Capoera, on étudie l’histoire du peuple noir. Ça permet au Martiniquais de se réapproprier son passé.

    Il va pouvoir avoir des racines plus profondes. Il va se localiser dans le temps et dans l’espace pour pouvoir faire une projection à long terme.

     

    Nous avons aussi le jardin partagé. Le but n’est pas de faire de l’agriculture mais de la sensibilisation. On est en train d’identifier le potentiel multiplicateur.

     

     

    C’est à dire que l’association va inciter à rentrer dans la culture, le sport et « toucher l’autre personne ». Ils vont être formés culturellement et professionnellement. Si le jeune a envie de faire de la patisserie, on va l’aider à accéder à cette qualification.

     

    La Capoera, c’est la philosophie de la vie. Chanter la Capoera, c’est utiliser l’émotion. Même si les gens ne comprennent pas la langue, ils vont avoir des frissons, il y a le langage du tambour… C’est jouer dans la petite ronde pour se préparer à jouer dans la grande ronde (de la vie). Il y a des ralentis. On s’approche, on s’éloigne de l’autre. Ça prépare les gens à regarder et échanger avec l’autre au même niveau. On va pas regarder avec un air supérieur mais on ne va pas non plus baisser la tête.

    On joue avec les apparences, on fait semblant, on joue avec les émotions de l’autre. Je vais donner l’impression que j’ai peur de l’autre pour qu’il baisse la garde et ensuite je vais m’amuser…

     

    Tout en ne portant pas les coups. C’est mettre l’autre en échec, ce qui va lui permettre de rebondir et inversement. On va évoluer ensemble. A l’origine on résistait à un système oppresseur, la colonisation. Aujourd’hui, on se bat contre la colonisation moderne, des consommateurs. On est en train de mettre en place des citoyens conscients. C’est le but profond de notre association.

     

     

    De quoi les enfants ont le plus besoin, pour toi ?

     

    Ils ont besoin de discipline, mais pas une discipline réactionnaire comme on voit.

    Il y a une expression chez nous qui dit « si les cris valaient la peine, on ne mangerait pas de cochon à Noël ».

    Il y a une façon de s’habiller, il y a des choses à faire, mais on n’est pas dans un centre de concentration dans lequel on doit formater tout le monde. Chaque individu a sa façon de fonctionner. Cette agressivité vers l’enfant va générer de l’agressivité à nouveau. Si la violence était une preuve de réussite, la Terre serait un paradis. Ce n’est pas le cas…

    Il faut donner des limites à l’enfant. Il y a des conversations qu’il ne doit pas entendre, des choses qu’il ne doit pas voir. Il faut lui donner de l’amour et du temps. Lui faire faire des activités.

     

    Pour l’école, pourquoi rester dans une salle enfermée quand on peut être dehors. De la même manière qu’on raconte un conte créole, on pourrait donner un cours d’histoire, de géographie, de français.

     

    Qu’est-ce que le Brésil a à nous apporter au niveau culturel ?

     

    Lorsqu’on me dit « Vous faites beaucoup de choses pour le pays ». Pour moi, le pays, la Martinique c’est comme mon quartier. La culture brésilienne se rapproche beaucoup de la culture de la campagne.

    Quand le cyclone Dean est passé. On a vu des gens passer chez les voisins pour voir s’il y avait besoin d’un coup de main. On était 4 ou 5 avec un coutelas. Ça fait vivre « J’ai besoin de l’autre pour exister ».

     

    On apporte la solidarité, le vivre ensemble.

    L’indifférence serait quelque chose d’illégal, d’immoral.

     

    Il faudrait commencer à assumer les choses et ne pas chercher à renvoyer la faute à quelqu’un d’autre.

    Se dire « je me suis coupé la main et pas le couteau a coupé ma main ».

    Assumer notre famille, nos racines, que personne n’est parfait… On avancerait dans la bonne direction.

     

    Que peux-tu nous dire sur la culture afro-brésilienne ?

    Des 5 noirs mis en esclavage dans le Nouveau Monde, 3 passaient par Rio de Janeiro. On parle d’esclavage aux Etats-Unis, mais le plus grand pays esclavagiste c’était le Brésil.

     

    Lula est allé en Afrique pour demander pardon aux Africains. Ce n’étaient pas lui, c’étaient les Portugais, mais il a cet héritage. La religion afro-brésilienne qu’on appelle le Candomblé, en Haïti, on l’appelle le Vaudou, à Cuba, la Santeria. Ici en Martinique, on parle de Quimboit, mais c’est toujours associé au négatif, c’est dommage.

    L’énergie, il n’y a pas de bien, il n’y a pas de mal, c’est l’intention que tu y mets, c’est toi qui mets la force…

     

    On ne va pas se voir comme un pêcheur et on ne va pas aller dans un bâtiment construit par les hommes et prier quelqu’un qui est sur une croix.

    On va aller dans une cascade pour aller remercier l’eau douce, sentir cette brise. On va aller la foret pour aller remercier la nature en elle-même. On va regarder la lune… On va regarder le lever du soleil, le coucher du soleil, les étoiles… On va être en communion avec les éléments : l’air, l’eau, le feu, l’astrologie, le cycle de la vie…

    On se sent moins coupable, ça nous permet d’avancer ensemble.

     

    Entre le 20 et le 27 novembre, nous organisons la semaine de la conscience noire sur la Savane à Fort-de-France. Des Brésiliens vont venir. Notamment pour échanger avec le damier, le Bélè, avec les groupes de Carnaval.

     

     

    Le thème, c’est l’économie sociale et solidaire. C’est la pratique de ça.

    On ne va pas changer le monde derrière un bureau. Ce sont les actions qui vont faire la différence.

    Il y aura des films, des débats, des ateliers.

    Des projections auront lieu sur la Savane, la Place des Terre-Sainville et à Citron. La réappropriation de l’espace public, participatif, et pour recevoir. La richesse c’est l’échange entre personnes de milieux sociaux, de religions, de quartiers différents…

     

    La Capoeira Martinique Ypiranga De Pastinha

     

    Depuis quelques années, on a ciblé des établissements scolaires :

    L’école de Citron, des Terre-Sainville, Ravine Bouillé.

    Des maisons de quartier : Citron, Haut du port.

    Les collèges Julia Nicolas et Aimé Césaire.

    Etre dans l’école et dans la place publique.

     

    Dans le jardin partagé, on a décidé de mettre un espace couvert, pour les accueillr.

     

    Le vendredi après-midi pour faire un peu de jardinage. Et de l’informatique.

    Décembre : une des bénévoles ramène un piano électrique, elle va donner des cours gratuits.

    Une personne viendra faire une permanence pour aide administrative.

     

    Avez-vous des besoins particuliers? 

    On a besoin d’ordinateurs, d’outils pour le jardinage, de gens extérieurs aux quartier pour créer un équilibre sur la balance, pour permettre l’échange. Donner et recevoir.

    On est ouvert aux idées. C’est un jardin expérimental. Un Quilombo en portugais est un village de Neg marrons. Cela permet une autonomie des idées. Pouvoir réfléchir de A à Z et avoir moins de références de la société modernes, comme les gens faisaient auparavant.

     

     

    Vous pouvez trouver la page Facebook de l'association

    Et contacter Téo par mail: teoangoleiro@gmail.com

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    Devenir bienveillant 

    Voilà plus de 2 ans que les blogs Profbienveillant et Martinikids existent maintenant et que vous pouvez suivre les articles ou les partages sur les pages Facebook. J'ai co-créé d'autres mouvements avec des personnes formidables et le paysage sociétal de la Martinique change sous mes yeux.

    Vous pouvez découvrir deux autres blogs : Parents autrement et le SEL Martinique Centre.

     

    Dans notre mode de vie actuel, nous sommes souvent pris dans un tourbillon d'activités, de rôles ... Et l'on prend peu de temps pour soi, pour revenir à un équilibre sain et épanouissant.

    Nous courrons...

     

    J'ai écrit l'ebook "Devenir bienveillant" alors que je traversais une période de doutes, de crise face à plusieurs défis.

    J'ai alors trouvé des ressources, j'ai pu ralentir et prendre soin de moi petit à petit.

    Vous méritez de prendre soin de vous et de vous accorder toute l'importance que vous savez donner aux autres.  

     

     

    Devenir bienveillant

     

    Cet ebook vous propose un cheminement en 10 étapes (vidéos, exercices), où vous pourrez exercer votre richesse intérieure…

     

    Il pourra vous servir dans toutes les sphères de votre vie.

    - Au travail pour prendre du recul avec votre patron, votre supérieur hiérarchique, vos collègues...

    - A la maison, pour mieux gérer les colères, les frustrations, les défis avec  votre compagnon (compagne), vos enfants...

    - Dans vos relations aux autres, la famille élargie, les amis, ...

     

    L'intérêt est qu'il se lit vite, qu'il offre des suggestions d'autres lectures et des liens de vidéos pour mettre en pratique. 

     

    Vous pouvez vous le procurer ici 

     

    Commentez, partagez. Nous semons du bien-être autour de nous...

     

    Un aperçu de l'ebook avec le sommaire et la page 5 :

     

    Devenir bienveillant

     

    Devenir bienveillant

     

    Pin It

    votre commentaire
  • Boite à jugements

     

    Ma fille est rentrée de l'école un peu dépitée. 

    Elle est au CP cette année, elle entre vraiment dans la lecture avec son lot de déconvenues, de moments âpres et de découragement.

     

    Vous me connaissez, je ne suis pas du genre à me laisser abattre... 

    Alors, je l'accompagne du mieux que je peux, entre ce qu'elle sait, ce qu'elle apprend et les exceptions innombrables de notre chère langue française.

     

    Elle n'était pas dans l'école actuelle en maternelle, elle est donc en décalage par rapport aux autres. Toutes les excuses du monde ne calmeraient pas la peine qu'elle ressent. Elle est très sensible.

     

    Je fais confiance à l'enseignante, pour proposer au mieux une différenciation pédagogique, j'ai conscience des enjeux qu'elle porte sur ses épaules. Je ne l'incrimine pas, j'en suis une aussi. Des paroles blessantes, de par notre éducation, nos enjeux sociaux... nous en disons sans même y réfléchir (je reviens dessus après coup au besoin). En tant que parents aussi parfois.

     

    Mais, dans la vie d'un écolier, c'est le pompon. Il y a ces moments incontournables de dévalorisation de soi...

    Par l'enseignant(e), les autres camarades et même soi-même...

     

    Voilà ce que je propose à ma fille et que je vous invite à expérimenter. C'est valable pour nous adultes aussi.

     

    Il y a ce que pensent les autres... et il y a ce que l'on est véritablement.

    Ce que pense l'autre ne me définit pas, c'est sa vision à lui, avec ses références à lui. 

    Il y a ce que pense l'enseignant (le parent, la cousine, la voisine), sa manière de me le communiquer et ce que je vaux en tant que personne.

    Les 2 ne sont pas corrélés. Donc... Ce que pense l'enseignant (le parent, la cousine, la voisine) de mon travail, de mon raisonnement, de mon comportement ne définit pas ma valeur, mes talents et mes forces.

    Il est en droit de le penser, je suis en droit de trouver cela injuste, irrespectueux, faux. J'ai le droit de l'exprimer, d'affirmer mon identité (par écrit, s'il le faut). L'essentiel est d'être juste avec son coeur...

     

    Boite à jugements

     

    Je vais donc construire avec ma fille une boite simple qui sera la boite à jugements d'autrui. Elle accueillera tous les jugements, condamnations et autres paroles potentiellement blessantes que ma fille recevra. Elle les y déposera. Cette boite est une sorte de "poubelle" réceptacle qui lui permettra de bien dissocier ce qui vient de l'autre et qui ne la résume pas.

    A coté, je vous invite à faire comme moi, une boite à soleil, avec tout ce qui la touche en positif (bons souvenirs, les gens qui l'aiment, les cadeaux, porte-bonheur...).

     

    Partagez, offrez cette petite astuce à tous les petites têtes brunes ou blondes qui pourront y trouver un peu de réconfort...

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    Pour enrayer la détresse scolaire

     

    Juste avant la journée des Dys, et après avoir visionné la vidéo ci-dessous, je reviens sur ce que j'ai collecté comme informations pouvant soutenir les enfants dans les apprentissages.

     

     

     

    Parce que la souffrance à l'école est quelque chose qui m'insupporte, parce que la violence verbale est quotidienne, la discrimination, la stigmatisation des élèves en difficulté...

     

    Comment être un enseignant qui aide, qui comprend, qui soutient, qui vient encourager les efforts.

     

    Ne croyons pas que l'enfant est heureux de mal faire, de ne pas faire ses devoirs, de ne pas apprendre, d'être violent, de perturber la classe.

     

    Il nous faut interroger cela.

    Etre formé, informé en communication, en compétences, 

    Avoir des moyens en personne, en matériel, en temps...

     

    Je fais ici un bref survol de ce que l'on peut trouver comme recours pour aider l'enfant dans ses apprentissages:

     

    Mon livre "Des outils pour mieux apprendre", disponible à la Librairie Antillaise ou en ligne.

    Pour enrayer la détresse scolaire

     

    J'évoque brièvement comment fonctionne notre cerveau quand on apprend. Quelques outils pour faciliter l'apprentissage des devoirs, comment accompagner quand on est parent, professionnel de l'enfance ou enseignant. Comment aborder une routine des devoirs pour que ce moment ne soit plus synonyme de stress, mais d'occasion de grandir.

     

    L'orthographe:

    Anne-Marie Gaignard est une pédagogue française qui a publié plusieurs ouvrages pédagogiques destinés aux enfants et adultes ayant des difficultés à lire et à écrire sans fautes d'orthographe.

     

     

    Un document à consulter, à imprimer:

    L’orthographe illustrée est un document PDF en téléchargement gratuit qui propose d’associer des mots avec des images illustrant les difficultés orthographiques associées.

     

    La grammaire:

    En symbolisant les natures de mots :

    Les personnages Retz appréciés des profs :

    Pour enrayer la détresse scolaire

     

    Les formes en bois ou en symboles (Montessori), voir le lien.

    Pour enrayer la détresse scolaire

     

     

    Une vidéo présentant la Grammaire 3D, qu'on peut acheter ici:

     

     

    Les mathématiques:

    Des petits contes mathématiques : fractions, théorèmes...,

    Des activités ludiques pour aimer les maths,

    Des vidéos pour les fractions

    Le matériel autocorrectif Montessori...

     

    Beaucoup d'autres vidéos à visionner sont disponibles. Vous pouvez aussi laisser votre enfant manipuler avec les logos, la pate à modeler...

     

    Les Devoirs:

    Comment aborder les devoirs à la maison ici, se poser les bonnes questions,

    Faire des pauses, favoriser la concentration (mandalas, coloriages zen, méthode 3C, méditation), bouger (braingym, petits mouvements synchronisés...)

     

    Ce dont l'enfant a aussi vraiment besoin c'est de favoriser son estime de lui-même et sa confiance en lui, prendre plaisir à apprendre (et pas être contraints à travailler sous les brimades, les injonctions, la peur...). Il a besoin :

    - de patience, pour laisser les notions s'imprimer en mémoire,

    - de diversité dans les approches pour mieux observer son canal d'apprentissage. Retient-il mieux lorsqu'il entend, lorsqu'il voit, lorsqu'il bouge, manipule...

    - d'encouragement et de valorisation. Rassurez-le, dites lui qu'il a le droit de se tromper, de faire des erreurs et de progresser. Soulignez ses progrès. 

    "Tu vois, il y a 2 jours, tu ne savais pas encore faire cela...

    "Regarde, maintenant, tu sais faire cela..."

     

    Soulignez aussi les domaines dans lesquels il excelle, il y en a, même si ce n'est pas dans le cadre scolaire.

    - du temps de qualité, se détendre, s'amuser ensemble, en famille, avec les amis, aller dans la nature, bien s'alimenter, bien dormir...

     

     

     

    Pin It

    votre commentaire