•  

    "Bâtisseur de bonheur" : Kazajeux

     

    Martinikids est très heureux de vous présenter l’espace culturel et ludique Kazajeux.(L’interview de Kazabul suivra prochainement).

     

    J’ai fait la connaissance de Xavier en tant que parent d’élève dans une des écoles dans laquelle j’exerce. Il y a quelques mois, en début d’année scolaire, je suis entrée en contact avec lui pour cette interview. Il m’a proposé de revenir vers lui plus tard car il était en plein rush pour la création de ce magnifique temple du jeu.

     

    J’ai donc profité d’un mercredi après-midi pour y emmener ma fille, qui connaissait déjà ce lieu pour y avoir passé du temps avec son papa. Guidée par sa ferveur, nous sommes entrées, installées. J’ai été accueillie chaleureusement par le couple gérant du magasin, Xavier et Claire. Hannah a retrouvé Estéban son hôte du même âge. Petite émotion de retrouver un de mes élèves dans son contexte familial et d’apprécier son épanouissement dans cet univers du jeu.

     

    "Bâtisseur de bonheur" : Kazajeux

     

     

    Avant de commencer, je vous propose cette vidéo présentation du lieu. Kazajeux est en 2ème partie (à environ 1 min 55). Merci à Hubert Bornil et à ATV.

     

     

    Découvrez maintenant, l’interview de Claire et Xavier.

     

    "Bâtisseur de bonheur" : Kazajeux

     

    Pouvez-vous présenter votre structure ?

    Kazajeux est un magasin de jeux de société où l’on a la possibilité de découvrir des jeux de société en s’installant sur les différentes tables.

    Nous avons principalement des jeux à tester pour les adultes, les adolescents et aussi pour les enfants, des l’âge de 2 ans et ½ .

    Avec Kazabul, nous sommes deux entités juridiques différentes. Et l’objectif, en se mettant sur un espace commun est de pouvoir proposer un espace culturel et ludique en un même lieu.

     

    "Bâtisseur de bonheur" : Kazajeux

     

    Où et depuis quand êtes-vous implanté en Martinique ?

    Le magasin existe depuis deux mois (ndlr: avril 2016). A la base, nous avons une association « Jeux de société en Martinique » qui propose des jeux de société pour adulte depuis 4 ans.

    C’est parce que nous achetions tous nos jeux sur internet que nous avons eu le projet de monter le magasin pour arrêter d’acheter à l’étranger.

    Puisque les jeux n’existent pas en Martinique. C’est un projet que nous avons construit sur 2 ans.

    Ce magasin est donc tout jeune et rencontre déjà beaucoup de succès.

     

    Quelle est l’utilité d’une telle structure particulièrement sur notre territoire ?

    C’est déjà de rassembler des gens autour d’une table, quel que soit l’âge. Nous sommes dans une ère où nous avons beaucoup de jeux numériques, sur téléphones, tablettes, ordinateurs… Beaucoup de personnes attachées à leur télévision tout simplement.

     

    Le fait de jouer autour d’une table, on va se rassembler, quel que soit l’âge, c’est vraiment intergénérationnel.

    On apprend des règles, on apprend à se parler, à communiquer. On apprend à gérer des frustrations autour du jeu.

     

    Au niveau intellectuel, on va jouer sur des jeux de stratégie et de gestion, ou d’imagination dans des jeux totalement différents.

    Quelqu’un qui peut se sentir très frustré dans la vie, parce qu’il ne se sent pas à sa place, parce qu’il est démotivé, parce qu’il est dévalorisé ou autre, à travers le jeu et autour d’une même règle, les gens qui vont se rencontrer n’ont plus de différence de CSP (catégorie socio-professionnelle, ndlr).

     

    Toutes les personnes de classes sociales différentes, d’âges ou autre peuvent se retrouver autour d’une règle, et chacun valoriser ses connaissances. Du coup, j’ai rencontré des gens qui n’allaient pas bien dans leur vie et qui à force de jouer ont vu leur moral changer positivement. Car toutes les personnes qui viennent ici le font déjà dans un esprit « sain ». Même si l’on n’est pas bien, on a envie de rencontrer des gens et on a envie de se faire plaisir. Beaucoup de gens se sont sentis sauvé grâce au jeu. Des gens qui ont pu, dans leur vie professionnelle, monter en compétence parce qu’ils ont compris qu’ils pouvaient mettre en place des stratégies. Ils ont appris qu’ils pouvaient apprendre à lire, à faire plein de choses grâce au jeu.

    Moi, par exemple, j’ai été mauvaise perdante pendant de nombreuses années. Ça peut m’arriver encore de l’être, j’ai beaucoup progressé grâce aux personnes que j’ai rencontrées dans le jeu. C’est très formateur.

     

    Comment en êtes-vous arrivé à ce métier ? Qu’est-ce qui vous a motivé ?

    Déjà parce que, que ce soit Xavier ou moi, nous jouons aux jeux de société depuis petit. Avant de créer la boutique, nous voulions d’abord créer des jeux de société. Nous avons des jeux à la maison que nous avons voulu faire éditer, mais le monde de l’édition est très compliqué. Et même si nous créons un jeu très bon, si nous ne sommes pas dans la ligne d’édition des distributeurs, le jeu ne sortira pas avant 3 ans…

     

    Nous avons très vite compris que nous ne pourrions pas vivre comme ça. La solution alternative, pour continuer à créer des jeux, c’était d’être dans un magasin de jeux de société. Au bout d’un an et ½ où l’on a vu que nous ne pouvions pas faire éditer nos jeux, nous avons décidé de faire autre chose en restant dans le monde ludique.

    Avec l’association, la transition s’est faite naturellement.

     

    "Bâtisseur de bonheur" : Kazajeux

     

    Avez-vous des conseils de jeux ?

    Ce que je dis toujours quand les gens viennent, ça va dépendre du nombre de joueurs, de leur âge, des différentes sensibilités du public.

     

    Nous avons des jeux qui ont des chartes graphiques et les gens peuvent ne pas adhérer à certains thèmes.

    La plupart des jeux que nous avons peuvent avoir des règles complexes ou longues, le joueur va les assimiler plus facilement s’il adhère au thème du jeu.

     

    Tout dépend aussi de ce que les familles veulent travailler. Certaines familles viennent nous voir parce que les enfants ont une certaine agressivité, sont dans le combat entre eux. Ils viennent choisir des jeux de coopération, pour qu’ils jouent ensembles contre le jeu.

    Je n’ai pas de recommandation, ça dépend de ce qu’on a envie de faire.

     

    Selon vous quels sont les 3 choses les plus importantes dont un enfant a besoin ?

    La famille. Etre entouré. J’ai des familles qui veulent des jeux pour enfants. Mais où l’enfant doit jour seul. J’ai effectivement des jeux pour jouer seul, mais ce n’est pas ce que je recommande.

    On ne peut pas laisser un enfant tout seul se débrouiller avec un jeu.

    Il faut d’abord l’encadrer, d’abord lui expliquer, être avec lui, parce qu’il n’a pas envie d’être seul dans le jeu.

    S’il n’y a pas de famille, de frères et sœurs ou de voisins, ce n’est pas intéressant. Ça aide vraiment, à mon sens pour l’apprentissage.

    Mes recommandations seraient d’être à plusieurs, puisque ce sont des jeux de société.

     

    S’amuser. Le côté ludique. Nous avons des personnes qui viennent pour trouver des jeux intellectuels, parce que l’on apprend forcément quelque chose.

    Dans le jeu, on apprend plein de chose. Mon fils Estéban a appris à compter parce qu’il jouait à un jeu qui s’appelle « Las Végas ». On a des plaques avec des casinos, il fallait tirer des dés et faire des paris sur les plaques. Il a appris à compter parce qu’il avait envie de jouer avec nous et qu’il a compris le principe du jeu, du placement de dés et de compter les dés… On n’est pas obligé de choisir un jeu systématiquement « questions/réponses » pour appendre et s’amuser.

     

    Si l’on n’a pas envie de jouer, il ne faut pas se forcer, sinon ça se passera mal. Je le vois avec mon fils. Je vais vite m’agacer, il ne va pas s’amuser et ça ne va pas bien se passer.

     

    "Bâtisseur de bonheur" : Kazajeux

     

    La patience. Etre présent et attentif. Un enfant a besoin qu’on lui réexplique les règles, qu’on les lui répète, de faire avec lui. L’éducation prend du temps. Même si une règle a déjà été présentée, lui redire, revivre avec lui, prendre le temps.

     

     

    S’il existait une école idéale selon vos aspirations comment la verriez-vous ?

    Une école où l’on évoluerait en fonction des centres d’intérêt de l’enfant. C’est le cas dans le système Montessori. Le fait qu’il n’y ait pas de limite d’âge. Faire des classes par niveau intellectuel et pas par niveau d’âge, pour que les enfants ne s’ennuient pas.

     

    Bien sûr la présence du jeu, même si je n’ai pas la compétence d’un enseignant, sa connaissance technique pour cibler les apprentissages possibles dans tel ou tel jeu.

     

    Comment y verriez-vous les adultes (enseignants et encadrants) ?

    Avec des classes moins nombreuses. L’apprentissage est différent quand on est moins nombreux. On apprend plus vite.

    J’ai du mal à donner un avis parce que c’est un métier difficile, avec beaucoup de contraintes, d’élèves différents, qu’il faudrait peut-être plus de personnes. Ça n’aide pas à faire des programmes spécialisés, s’adaptant aux différents besoins des enfants.

     

    Où se situe le magasin? Comment vous contacter?

    Le site web de Kazajeux

    La page Facebook

     

    "Bâtisseur de bonheur" : Kazajeux

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    Bâtisseur de bonheur : Le cours Julie

    Martinikids est heureux de vous faire découvrir Le cours Julie à Fort-de-France (Bellevue), qui contribue à réconcilier l'enfant et les apprentissages en restaurant leur confiance en eux.

     

    Découvrez l'interview de Julie Bonfrate et son approche bienveillante.

     

    Bâtisseur de bonheur : Le cours Julie

     

    Quelles sont les difficultés auxquelles sont confrontés  les parents qui viennent vous voir ?

     

    Manque de méthode, de moyens de communiquer, de temps, de patience. Conflit avec l’enfant. Pas le bagage scolaire suffisant.

     

    Quelle définition pourriez-vous donner de votre profession ?

    Apporter à l’élève un soutien sur le plan scolaire et sur celui de la confiance.

     

    Quelles améliorations votre méthode apporte-t-elle ?

    De meilleurs résultats scolaires, des outils (Méthode éducative 3C) pour gérer le stress, canaliser l'énergie, mieux se concentrer, mieux s'organiser

     

    Comment en êtes-vous arrivé à ce métier ? Qu’est-ce qui vous a motivé ?

    Contribuer au besoin des élèves de réussir leur scolarité face aux manques de l’éducation nationale, la satisfaction de voir leur réussite, leur reprise de confiance en eux.

     

    Quels conseils au quotidien pourriez-vous donner aux familles pour plus de mieux-être dans leur vie ?

    Prendre le temps de faire les choses ensemble, pas seulement les devoirs à proprement parler mais l’organisation de la vie de l’enfant : le partage de son temps.

     

     Selon vous quels sont les 3 choses les plus importantes dont un enfant a besoin ?

    ·    D’attention/de dialogue

    ·    De cadre (de règles)

    ·    D'amour

     

    S’il existait une école idéale selon vos aspirations comment la verriez-vous ?

     De petites classes, une journée divisé en deux :

    Le matin des cours et l’après-midi des activités sportives, artistiques ou autres et surtout une pratique régulière de la méthode éducative 3C (calme, concentration, contrôle, méthode éducative pour la non-violence) pendant les cours et en tant qu'activité l'après-midi.

     

    Comment y verriez-vous les adultes (enseignants et encadrants) ?

    Des personnes à l’écoute, bienveillantes, avec la volonté d’aider et de comprendre l’élève, et de se remettre en question.

     

    Si un pas pouvait être engagé pour plus de mieux-être à l’école actuelle, que préconiseriez-vous ?

     Moins d’élève en classe, plus de bienveillance.

     

    -     Comment prendre contact avec vous ? Où exercez-vous ?

     Julie Bonfrate
    Le Cours Julie

     

    Port : 0696 36 89 11
    Fixe : 0596 56 35 36
    email : bonfrate.julie@le-cours-julie.fr
    web : http://www.le-cours-julie.fr
     

     

    Localisation : http://www.le-cours-julie.fr/php/localisation.php

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    Zouk Tv "Des outils pour mieux apprendre"

     

     Bonjour,

     

    Un petit article pour présenter l'émission du vendredi 1er avril 2016. Vacances ?

    J'étais invitée à l'émission Sé ta nou de Guilène REGAL avec deux autres invités, Bago (musicien) et Victor Alex Anaclet (Coach PNL Pensez Gagnant).

     

     

    J'y ai présenté mon livre "Des outils pour mieux apprendre". J'ai participé à un très bel échange avec Victor Alex Anaclet qui intervient sur la communication avec les ados, des élèves en décrochage scolaire... Découvrez aussi le bel album que présente Bago, "Afro descendant".

     

     

    Merci à Guilène REGAL pour son énergie et sa bonne humeur communicative, à Zouk tv, pour l'opportunité de faire connaître les initiatives locales.

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    Des outils pour mieux apprendre

     

    Voilà, le grand jour est arrivé !

    Après l'écriture, l'aventure de l'édition... Celle de la parution en vrai, pour de vrai dans une librairie !!! ^^

    Emotion +++

     

    Quel est le sujet du livre ?

    Le livre fait une cinquantaine de pages, il est compact. Il a pour objet de mieux comprendre comment l'apprentissage fonctionne, de donner des pistes d'activités pour choisir ce qui fonctionne le mieux.

    Vous comprendrez succinctement comment fonctionne le cerveau dans l'apprentissage. Ce qu'il faut surtout éviter pour bien apprendre.

    J'y aborde un éclairage sur les comportements à développer pour bien apprendre à l'école, améliorer ses capacités de mémoire, avec des petits exercices pour s'entraîner.

    Comment apprendre à développer son potentiel d'apprenant à travers des activités qui plairont? Les plus efficaces, en fonction de l'enfant (de l'apprenant) pourront devenir de réelles bases pour enrichir l'autonomie.

    Enfin, un chapitre pour les parents, les accompagnants. Les comportements à adopter pour favoriser les apprentissages. Ce que vous pouvez faire pour aider concrètement.

     

    Voici la table des matières:

    Des outils pour mieux apprendre

     

     

    A qui s'adresse-t-il?

    - Aux apprenants:

    Chaque apprenant est différent. L'intérêt est de l'aider à se découvrir, à trouver ses meilleures façons d'apprendre, à devenir autonome du primaire aux études supérieures. Et même pour préparer des concours, se reconvertir... De l'enfance à l'âge adulte.

     

    - Aux accompagnants:

    Les parents qui suivent leurs enfants dans l'aide aux devoirs, l'apprentissage des leçons...

    Les enseignants, les structures de soutien scolaire, d'aide aux devoirs (entreprises, associations, ...).

     

    Pourquoi ce livre ?

    Après avoir créé les blogs profbienveillant, martinikids, j'ai éprouvé le besoin d'aider encore plus les familles à trouver des ressources pour aider leur(s) enfant(s).

    Ce livre est une première étape pour rassembler des exemples concrets de "trucs" à mettre en place, à tenter, à personnaliser, à améliorer pour accompagner son enfant, un apprenant à réussir.

    La confiance, l'encouragement, un climat apaisé pour rendre aux familles ce droit à une éducation plus sereine, allégée du poids du "comment faire?".

    Nombreux sont les parents présents, impliqués dans les apprentissages de leur(s) enfant(s) et qui sont en demande de réponses, d'alternatives.

    Des ateliers viendront enrichir la lecture, pour que l'expérience soit vraiment complète.

     

    L'actualité (séances de dédicaces, ateliers, émissions tv et radio) sera à suivre sur Martinikids et sur la page facebook du livre notamment.

     

    Comme dirait mon auteure préférée :

    As-tu le tien ?

     

     

    Un futur best seller ! ;)

    Des outils pour mieux apprendre

     

    Pin It

    votre commentaire
  • Grande collecte de livres

     

    En parcourant ma page Facebook ce matin, je vois qu'une association a collecté des livres pour une destination du tiers-monde qui en a grand besoin.

    Je trouve ces initiatives fantastiques. La mobilisation des énergies pour une grande cause. Tous les enfants ont droit à l'éducation, des livres, des histoires...

    Et je pense à nos petites têtes brunes et blondes d'ici. Certes, nous ne sommes pas du tiers-monde, mais certaines de nos écoles sont très peu pourvues en livres de jeunesse.

     

    Les écoles sont fournies par les mairies et nous sommes confrontés à un problème de moyens. Que faire?

    - Rien et au petit bonheur, les enfants se contenteront de ce que les écoles pourront obtenir. Avec la bonne volonté des équipes, les récupérations que les enseignants peuvent collecter, fournir sur leurs propres deniers.

    Ou se mobiliser sans trop se fatiguer. Juste en mettant à disposition les ouvrages qui n'ont plus la cote à la maison. Et en plus, ça débarrasse.

     

    Martinikids choisit donc de se mobiliser pour collecter des albums de jeunesse, des revues (type astrapi, J'aime lire, Pomme d'api et autres fascicules de découverte et de culture), des romans et autres livres en bon état pour une deuxième vie.

     

    enfant livre construire

     

    Parents et autres contributeurs:

    - Vous avez chez vous des livres que vos enfants ne lisent plus, qui peuvent en intéresser d'autres.

    - Vous ne savez plus quoi faire de ces montagnes de lectures lues, relues et rerelues...

    - Vous n'êtes pas adeptes de brocantes, vides-greniers, du bon coin, ou des petites annonces ...

     

    Martinikids peut vous donner la chance de contribuer à une belle cause, l'éducation, tout en faisant le vide dans vos bibliothèques.

     

    Les livres récoltés viendront enrichir les bibliothèques des écoles qui auront été sélectionnées, qui en feront la demande ...

     

    Grande collecte de livres

    Merci d'avance pour le bel élan de générosité qui va naître... Mettons-nous en lien pour faire un pas pour l'école, pour nos enfants...

     

    Pin It

    votre commentaire